PENSÉE

LA DÉMOCRATIE QUI NE FAIT PAS DU PEUPLE LE RESPONSABLE DE SES DÉCISIONS EST UNE TROMPERIE.

LA RELIGION QUI NE RECONNAÎT PAS LA FOI COMME UN DON PERSONNEL DE DIEU EST UNE MANIPULATION.

LE BIEN COMMUN QUI NE SE FONDE PAS SUR LA JUSTICE ET LA VÉRITÉ EST UNE ESCROQUERIE.

Oscar Fortin

Blog espagnol

lundi 23 janvier 2017

DONALD TRUMP ET NICOLAS MADURO


UN DÉFI COMMUN À RELEVER




Tous les deux ont été élus de façon démocratique, conformément aux dispositions prévues dans leur constitution respective. Le premier a gagné sa majorité grâce aux votes du Collège des grands électeurs, le second l’a gagné grâce au vote populaire. Dans les deux cas, ils se sont engagés à mener à terme une véritable révolution dans la manière de gérer les pouvoirs de l’État de manière à répondre en toute priorité aux intérêts de leur peuple.

Dans son discours d’intronisation, qui remonte au 20 janvier, Donald Trump a. entre autres choses, dit ceci :

« La cérémonie d’aujourd’hui a toutefois un sens très particulier, car il ne s’agit pas seulement de transférer le pouvoir d’une administration à une autre ou d’un parti à un autre. Nous déplaçons le pouvoir de Washington pour vous le rendre à vous, le peuple des États-Unis. »

Maduro, à peine 15 mois après son élection, prend des mesures concrètes pour approfondir cette prise de contrôle du pouvoir populaire sur ses propres institutions.

« Conformément aux engagements du programme sorti des urnes d’avril 2013 (4), le président Maduro annonce pour la mi-août un ¨sacudón¨ (forte secousse) des institutions gouvernementales : ¨nous révisons à la loupe tous les portefeuilles ministériels, le degré de réalisation de leurs objectifs ainsi que le niveau de production des entreprises d’État. Nous allons maximiser l’efficacité du gouvernement dans la rue (5) et toute l’action de l’État pour transférer le pouvoir à la population. Nous n’avons pas rebaptisé nos ministères ¨du pouvoir populaire¨ pour le plaisir de leur coller une belle étiquette, mais pour mettre l’État au service du peuple. Nous devons construire un système de gouvernement populaire qui ne soit pas un aimable slogan pour se souvenir de Simón Rodríguez ou de Hugo Chávez. Il est hors de question que la révolution s’arrête une seconde. Elle doit continuer à se déployer dans toutes les sphères de la vie¨ »  a-t-il rappelé aux ministres. »

Cette approche de Maduro fait grincer les dents des oligarchies et des amants d’un système qui leur permettait de s’enrichir, de manipuler le peuple et de gouverner en fonction de leurs propres intérêts.

Donald Trump est bien placé pour reconnaître ces travers d’un système fait pour les intérêts des élites et de politiciens peu scrupuleux au détriment de ceux du peuple.

« Pendant trop longtemps, une petite élite de la capitale de notre pays a profité des avantages de notre gouvernement, pendant que le peuple en faisait les frais. Les politiciens ont prospéré, alors que le peuple n’a tiré aucun bénéfice de toutes ces richesses. L’establishment s’est protégé lui-même, mais il n’a pas protégé les citoyens de notre pays. Leurs victoires n’ont pas été les vôtres. Leurs triomphes n’ont pas été les vôtres. Et pendant qu’ils faisaient la fête dans notre capitale nationale, il n’y avait rien à fêter dans les familles en difficulté partout au pays. »

Tous les deux ont l’expérience de ce que certains médias peuvent faire pour les discréditer au vu et au su du monde sans se soucier de la vérité des faits et du respect du droit des citoyens et citoyennes d’avoir accès à la vérité et non à des mises en scène de mensonges finement ficelés pour gagner l’opinion publique dans le sens de leurs projets destructeurs. Dans le cas de Trump, les milliards de Soros et les médias des élites s’en donnent à plein pouvoir pour le détruire dans sa personne et dans sa présidence.  Dans le cas de Maduro, ce sont l’ensemble des médias officiels du système de l’Occident qui sont mis à contribution pour le discréditer. Sous la gouverne de Bush et d’Obama, la CIA et diverses agences gouvernementales n’ont cessé d’intervenir sous diverses formes pour créer le chaos et réaliser une prise de contrôle des pouvoirs de l’état. Les seules richesses pétrolières compenseront amplement tous ces efforts.

Dans son discours d’investiture, Donald Trump a donné un signal, à l’effet qu’il n’en serait plus ainsi sous sa Présidence.

« Nous rechercherons l'amitié avec tous les pays du monde. Nous ferons cela avec la compréhension que c'est le droit de chaque pays de placer ses intérêts d'abord. Nous n'imposerons pas notre mode de vie, mais nous dirigerons plutôt par l'exemple».

Dans cet esprit, Nicolas Maduro a fait appel au nouveau président pour qu’il annule le décret de son prédécesseur, faisant du Venezuela une menace pour la sécurité et les intérêts des États-Unis.  Il s’agit là d’un décret qui se présente comme une véritable déclaration de guerre. De fait, comment le Venezuela, pays d’un peu plus de 31 millions de personnes, peut-il représenter une menace pour les États-Unis dont la population dépasse les 200 millions de personnes et dont les forces militaires sont les plus puissantes au monde ? Nous savons que l’intérêt des États-Unis, sous les anciennes administrations, consistait à mettre la main sur les gisements de pétrole, les plus riches au monde. Le principe énoncé par le président Trump à l’effet que les États-Unis doivent vivre de ses richesses s’applique tout autant pour le Venezuela dont le peuple doit être le premier à bénéficier de cette richesse pétrolière. C’est ce à quoi s’applique el actuel gouvernement.

L’actuel Secrétaire d’État aux Affaires extérieures des États-Unis, étant par pur hasard le patron d’ExxonMobil, ne semble pas l’entendre de la même manière. Dans une déclaration toute récente, reproduite en espagnol par telesurtv.net, il cherche une transition pour le Venezuela. Il revient sur la carte démocratique de l’OEA pour reprendre les mêmes stratégies de la présidence D’OBAMA en vue de renverser le gouvernement légitime du président Nicolas Maduro. Il veut s’allier au Brésil dont le président actuel est celui qui a rompu avec la carte démocratique de l’OEA et l’État de droit démocratique du Brésil. Il veut également s’allier avec la Colombie, où les États-Unis ont 7 bases militaires, ce à quoi le Président Trump veut se défaire. D’ailleurs, le président Trump, dans son discours d’investiture a indiqué son intention d’en finir avec ses bases militaires.

« Des décennies durant, nous avons enrichi les industries étrangères aux dépens de l’industrie américaine. Nous avons subventionné les armées d’autres pays, tandis que nos équipements militaires se dégradaient. Nous avons défendu les frontières d’autres pays tout en refusant de défendre les nôtres. Nous avons dépensé des billions de dollars à l’étranger, alors que l’infrastructure des États-Unis tombait en décrépitude. Nous avons rendu riches d’autres pays, pendant que la richesse, la puissance et la confiance de notre pays se dissipaient à l’horizon. Une à une, les usines ont fermé, sans une seule pensée pour des milliers de travailleurs américains laissés pour compte. La richesse de notre classe moyenne a été arrachée des foyers et a été redistribuée au monde entier.
Mais ça, c’est le passé. Maintenant nous sommes résolument tournés vers l’avenir. »

Celui qui a dit au monde que le temps des paroles vides était passé et que le moment était venu de parler par des gestes concrets a une toute première occasion de donner force à ses engagements.

Le temps des paroles vides est fini et j’espère que ce ne sera pas dans les quelques jours après les avoir prononcées, que ces dernières retrouveront leur trône au sein de son administration.

Oscar Fortin
Le 23 janvier, 2017-01-23




vendredi 20 janvier 2017

DONALD TRUMP LE RÉVOLUTIONNAIRE ?





J’ai lu et relu le discoursde Donald Trump à son peuple au moment d’assumer la présidence des États-Unis d’Amérique. Un discours que bien des chefs d’État des pays émergents en Amérique latine et ailleurs dans le monde pourraient faire leur sur de nombreux points.

Le diagnostique, trop sombre pour certains, qu’il fait sur l’état de la Nation met en évidence les faiblesses d’un système qui a servi les intérêts d’une certaine élite, mais qui a laissé dépérir les conditions des travailleurs et du peuple.

« Pendant des décennies, nous avons enrichi l'industrie étrangère aux dépens de l'industrie américaine; subventionné les armées d'autres pays tout en permettant le très triste appauvrissement de notre armée; nous avons défendu les frontières d'une autre nation tout en refusant de défendre les nôtres; et dépensé des milliards de milliards de dollars à l'étranger pendant que les infrastructures de l'Amérique se sont délabrées et abîmées. »

C’est le genre de diagnostique que font bien des pays du Tiers-monde qui ont souffert de la colonisation de pays puissants venus s’enrichir au dépens des populations et avec la complicité d’une certaine élite nationale corrompue et de politiciens soumis.

Que l’on pense à Fidel Castro qui s’est porté au secours de son peuple, soumis à la dictature de Batista et aux multinationales qui en ratissaient les richesses.  Que l’on pense au Chili d’Allende soucieux de redonner à son peuple son indépendance et les richesses de son pays pour vaincre la pauvreté, assurer des écoles gratuites, des services de santé et redonner espoir et confiance à tous et à toutes. C’est également le cas de la Bolivie d’Évo Morales, de l’Équateur de Rafael Correa, du Venezuela d’Hugo Chavez et de Maduro. Tous veulent redonner le pouvoir à leur peuple et lui assurer la priorité sur ses propres richesses, son indépendance, l’accès à l’éducation, à la santé et à un niveau de vie respectueux de la personne humaine.

N’en va-t-il pas  de même avec Donald Trump ?

« Les Américains veulent de bonnes écoles pour leurs enfants, des quartiers sûrs pour leurs familles et de bons emplois pour eux-mêmes. 

Ce sont des revendications légitimes et raisonnables pour un public juste. »

Comment ne pas partager ce point de vue et vouloir qu’il en soit ainsi pour tous les peuples de la terre?

Ces objectifs comportent toutefois des mesures concrètes qui ne seront pas sans affecter ceux et celles qui s’accommodaient bien du système existant.

« Chaque décision sur le commerce, les impôts, l'immigration, les affaires étrangères sera prise au bénéfice des familles et des travailleurs américains.
Nous devons protéger nos frontières des ravages des autres pays fabriquant nos produits, spoliant nos entreprises et détruisant nos emplois. La protection conduira à une grande force et prospérité. »

Ces mesures ne sont pas sans nous rappeler celles prises par plusieurs pays émergents dans le monde. De nombreuses nationalisations se sont avérées nécessaires pour que les pays concernés puissent retrouver leur plein pouvoir sur leurs richesses. Il y eut également l’expulsion de diplomates, d’organisations humanitaires aux objectifs malveillants. Des mesures que les grandes puissances qui en bénéficiaient n’apprécièrent guère.

Un des points, sans doute le plus important sur le plan des relations internationales, est celui de reconnaître que chaque peuple dispose de ces mêmes droits et qu’il n’est pas dans sa politique d’intervenir par la force ou les menaces dans les affaires internes des autres peuples.

« Nous rechercherons l'amitié et la bonne volonté des autres nations du monde, mais nous le ferons avec l'idée que c'est le droit de tout pays de mettre ses propres intérêts en avant.

Nous ne cherchons pas à imposer notre mode de vie, mais plutôt à le rendre éclatant comme un exemple à suivre. »

Si Donald Trump donne suite à cette promesse, bien des peuples, victimes de l’interventionnisme étasunien, lui en seront grandement reconnaissants. Il en va de même pour ces centaines de bases militaires qui s’imposent à de nombreux peuples à travers le monde.  Le rapatriement de ces bases militaires lui permettra de faire de grandes économies pour son peuple tout en redonnant aux nations concernées leur indépendance.

La vision que nous livre Donald Trump le rapproche davantage d’un monde multipolaire que d’un monde unipolaire. À ce titre, il se montre ouvert au respect de chaque peuple au droit de chacun de travailler en priorité pour ses propres intérêts. Dans une telle optique, le monde des échanges se convertira en gagnant-gagnant, chacun y trouvant  ses propres intérêts. Un principe avancé par le Président chinois au sommet tout récent de Davos.

L’avenir nous dira si les paroles de Donald Trump seront suivies d’actions concrètes et cohérentes avec ces dernières. La non-intervention dans les affaires internes des autres pays fait partie de celles-là. À y donner suite, les relations internationales entre les peuples en seront profondément modifiées pour le mieux-être de ces peuples.

Ses rencontres à venir avec Vladimir Poutine et le Président chinois nous donneront une première idée jusqu’où il est prêt à aller dans cette révolution.

Oscar Fortin
Le 20 janvier, 2017


samedi 14 janvier 2017

MANIFIESTO POLITICO DEL EPISCOPADO VENEZOLANO





Bajo el titulo  Jesucristo Luz y Camino para Venezuela” esos señores del episcopado insisten todavía más en contra del socialismo del siglo XXI que se ha desarrollado a través de la revolución impulsada por el católico Hugo Chávez, en 1998. El único uso de la palabra socialismo les vuelve totalmente perturbados y ciegos ante una revolución pensada y desarrollada para servir los intereses mas profundos del pueblo, empezando por los mas pobres, los sin techos, los enfermos.

NADA SOBRE LA DOCTRINA SOCIAL DE LA IGLESIA

En su manifiesto, ese episcopado, fuera de usar además de usar en vano el nombre de JESUSCRISTO, no tiene ni una palabra para hablar de la doctrina social de la Iglesia. De hecho, no faltan los documentos que nos dejaron los papas de los sesenta últimos anos. Me permito mencionar unas de ellas.

El papa del Concilio Vaticano II, Juan XXIII, dejo a la Iglesia dos Encíclicas: MATER ET MAGISTRA y PACEM IN TERRIS.  El papa Pablo VI nos dejo POPULORUM PROGRESSIO (por el desarrollo de los pueblos). Mas recientemente, el papa Francisco nos dio su Exhortación apostólica EVANGELII GAUDIUM ( la alegría del Evangelio) y LAUDATE SI (Alaba a ti Señor por la casa común).

Hace poco, el obispo de San Cristóbal, hacia resaltar, en una entrevista, la importancia de dar a conocer la doctrina social de la Iglesia. Pues, ella es la referencia fundamental para los cristianos que quieren analizar los problemas que afectan a nuestro mundo y, en el caso de Venezuela, de lo que esta pasando. Parece que el único punto de referencia que tiene el episcopado es el pensamiento de la oposición neo-liberal, dedicada a recuperar el poder político, económico y social, poco importa los medios para conseguirlos. Los golpes de Estado, las guarimbas, la guerra económica, todo puede ser bueno si se trata de la expulsión de los chavistas del socialismo del siglo XXI.  Que Estados Unidos y sus multinacionales se acaparen de las riquezas  que representan, entre otros,  el petróleo y las minas de oro, no les importa en nada. Hace unos años me he dedicado a analizar el pensamiento social del papa Juan XXIII en relación con el Socialismo del siglo XXI, tal como se expresa en las políticas de Chávez. Pueden leer mis conclusiones aquí.

UNA INTERVENCION COORDINADA CON LA OPOSICION GOLPISTA

Ese episcopado sabe que las negociaciones de paz entre el gobierno y la oposición deben reactualizarse al principio de la próxima semana. Saben que el representante del papa, ignorado por completo en su MANIFIESTO, cree, con los otros mediadores ayudantes, en una salida política.  Esa forma de intervenir del episcopado venezolano constituye un apoyo a la oposición que se  niega al participar en ella. En lugar de dejar al mandatario del papa en esa negociación para que sea el mismo que comente el desarrollo de esa mesa de dialogo, el episcopado y los obispos participantes, no pierden ni una oportunidad para intervenir en la plaza publica para que esa mesa no funcione. Dan la impresión que lo que mas les importa es que se produzca golpe de Estado. No fuera la primera vez que participarían a un golpe de Estado. En 2002 estuvieron presentes como en las otras tentativas.

Para el episcopado,  el gobierno tiene la responsabilidad de todo lo que no funciona. No dicen nada, esos obispos, de los votos falsificados por la oposición en la preparación del referéndum revocatorio. No dicen nada del no respeto, por esa misma oposición, de las decisiones del Tribunal Supremo de Justicia (TSJ). La luz de ese episcopado no es la luz, ni el camino de la luz que nos ensenan los evangelios y la doctrina social de la Iglesia.

En unos días anteriores, la brigada anti-golpe, arrestaron a varias personas de altos niveles  que se estaban preparando un golpe de Estado. Yo supongo que el episcopado, con su MANIFIESTO, tenia ej mandato de sus aliados de la oposición, de preparar la mente de la gente a un cambio al realizarse bajo “Jesucristo Luz y Camino para Venezuela”. Un abuso de sus funciones y una manipulación mas de la gente, al utilizar al nombre de Jesús para justificar una oposición que quiere quitarle al pueblo sus derechos democráticos y sus riquezas nacionales para entregarlos al imperio.

Pastores que substituyen el Evangelio y la doctrina social de la Iglesia por el neo-liberalismo salvaje y imperial. La oposición venezolana y sus aliados imperiales no pudieran nada en contra de la legalidad del gobierno sin el apoyo del episcopado. La oposición actúa así porque sabe que el episcopado la apoya. Por favor, señores del episcopado dejen al delegado del papa hacer su trabajo como le corresponde en la mesa de dialogo. No le complican la vida, tampoco la de su pueblo. Hay una Constitución que es del pueblo y solo el pueblo puede cambiarla. Si la oposición quiere conseguir el poder que lo haga respetando esta constitución.


Oscar Fortín
El 13 de enero 2017